Peter V. Brett

Le lieu de rencontre de tous les lecteurs francophones du génial Peter V. Brett, auteur de l'Homme Rune
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Tribu (1er avril 2005)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: La Tribu (1er avril 2005)   Lun 9 Nov 2009 - 19:43



J'ai été à l'avant-première de Sin City à New York mercerdi soir. Mon pote Jay s'est servi de son vaste réseau de connections pour nous avoir tous les deux sur la guest-liste pour le projection et la soirée classe d'after. Pas mal de gens ont été dégoutés que j'ai été privilégié par rapport à eux, mais eh, j'ai donné à Jay une cane épée pour avoir été à mon mariage!

On est arrivés au cinéma en avance, en tant que bons fans, mais il n'y avait encore personne. On allait partir prendre un verre pour tuer 1/2 heure, quand une énorme foule s'est avancée, menée par personne d'autre que Joe Quesada. Joe est l'actuel directeur de Marvel Comics. Qu'il y fasse du bon boulot est sujet à débat. Mon coeur est et a toujours été dans l'Univers Marvel, mais il m'a aussi laissé tomber à plusieurs occasions, me posant des lapins, couchant avec mes amis, et me rabaissant en public. Marvel et moi avons toujours fait ce truc de union/séparation.

Bref, quoique vous disiez sur la perspicacité des affaires de Quesada, ce mec est un artiste d'enfer. Jetez un oeil sur Batman: Sword of Azrael.

Alors, nous avons suivit l'équipe Marvel à l'intérieur, en gardant notre place de droit en tête de ligne. Axel Alonso était avec le groupe, ainsi que Erik Larson, Bob Wiacek, et d'autres gars que je suis sûr de connaitre le nom.

C'est le truc avec les gens des comic book people. Vous pouvez me montrer n'importe quel dessin dela petite centaine d'artistes, et je pourrais vous dire de qui il est, mais cette personne pourrait passer à côté de moi dans la rue sans que je le sache.


Nous sommes donc entrés et avons eu des sièges de premier choix. En plein centre à bonne hauteur sans être trop loin de l'écran, et on attendu que les stars arrivent.

Maintenant pour les stars, je veux dire les stars du comic book, pas des stars d'Hollywood. Ce n'était pas un première à LA. Pas de Jessica Alba here, j'en ai peur.


Mais franchement, les stars de comic book sont bien mieux de tous points de vue. Il y a plein d'actrices que j'aimerais me taper, et plein d'acteurs que j'aimerai être, mais il n'y en a aucun que je pourrais idolâtrer. Frank Miller, le créateur de Sin City, d'autre part, est quelqu'un que j'ai suivit en tant qu'écrivain et artiste depuis des années. Un des tous premiers comics que j'ai acheté, et qui a changé ma vie et irrévocablement influencé mon côté créatif, a été Daredevil n°189.

En plus, les stars de comic book sont BEAUCOUP plus proches des gens sur Terre. Ce ne sont que des geeks, comme moi, qui ont réussit à créer quelquechose qui parle aux gens. Ce sont des mecs qui n'ont pas eu beaucoup d'amis au lycée. Qui n'avaient pas de petites amies et avaient trop peur d'approcher les filles. Si vous allez vers, disons, Jessica Alba, vous devrez passer la sécurité et même si elle vous regardera autant que vous êtes un insecte et qu'elle vous signera un autographe, et que les chances qu'elle veuille en fait vous parler sont aussi fines qu'aucune.

Les gens des comics books, eux, sont juste contents de rencontrer quelqu'un qui parle la même langue qu'eux.

Frank Miller a insisté là-dessus dans son introduction pour le film. C'est un homme qui a été brûlé par Hollywood plain de fois. Robocop II, Daredevil, Elektra, vous dites. Tant de choses où Frank a mis son coeur et son âme sont devenus des merdes à cause de la direction d'Hollywood. C'est pourquoi il a refusé l'adaptation de Sin City à TOUT le monde pendant des ANNEES. Comme il l'a dit, "A qui faire confiance pour votre bébé?"

A personne, apparemment. Frank a insisté sur le contrôle créatif de celui-ci, et l'assistant réalisateur Robert Rodriguez le lui a donné, même si ça lui a valu de quitter l'Union (Guilde?) des Réalisateurs d'Hollywood. Finalement, quelqu'un a donné à Frank le respect qu'il méritait.

Frank a parlé de comment ce film a pris son travail et l'a utilisé pour en faire quelquechose de complètement nouveau, et il ne voulait pas remercier Hollywood, il voulait remercier les gens dans la salle, pour avoir permis que cela se réalise. Les seules personnes invitées à l'avant première étaient des créateurs de BD, acheteurs, distributeurs, et quelques fans invétérés ayant des contacts. Frank nous appelé sa Tribu, ce qui nous a tous rendus fiers.

Le film était FANTASTIQUE. J'en parlerais une autre fois.

Après, on est tous allés dans une salle de bal à côté pour l'after. C'était dans le sous-sol d'un bar avec des lumières rouges et des images de Sin City projetées sur les murs. L'open bar servait de l'alcool bien fort. Jay et moi avons commencé à boire beaucoup.

Quand nos nerfs se sont calmés, on a commencé à errer. Comme je l'ai dot, comme vous ne les voyez pas vraiment, la plupart des gens de comic books peuvent passer inaperçus dans une foule. On a donc sûrement raté tout un groupe. Jay en connais pas mal de vue, quand même, vu que c'est son boulot de les connaitre, même si eux ne le connaissent pas. Il m'a envoyer serrer la main de Frank à la fin de la soirée, mais Frank avait disparu, donc ça paraissait peu probable.

Cependant, il y avait plein de richesses à trouver. On a vu la légende du comic book Neal Adams essayer de donner de l'argent à une sans-abris en partant de la soirée, pour finir repousser puisque la folle a préféré lui crier dessus. Je n'ai pas entendu ce qu'elle a dit, mais Neil a rigolé et l'a bien pris. Même d'autres pros du comic book étaient en train de le vénérer.

Il en va de même pour Joe et son fils Andy Kubert, foundateurs d'une école d'art school, et tous deux ayant d'impressionnants CV. Vous voyez ce que je veux dire?

D'autres grands dont l'ancien Editeur-en-Chef de Marvel Comics Shooter. Jim était le responsable pendant mon âge d'or du comics, et comme beaucoup d'autres, j'avais une relation d'amour/haine avec lui. L'adorer ou le détester, cet homme est quand même une légende. Ecrire JLA à l'âge de 14 ans n'a été que son début, et pendant que son crossover de l'original Secret Wars companywide a engendré des générations de marketing malveillant qui a détruit les comics pendant 10 ans, je ne peux pas nier que j'ai adoré chaque numéro de cette longue série limitée quand elle est sortie, et cela m'a fait acheter PLEIN d'autres comics qui ne m'avaient pas intéressé avant.

Etait aussi présent et plein de charisme, Walt Simonson. Si vous n'avez pas lu son travail pour Thor, allez-y. Walt a une épaisse barbe touffue et porte tout le temps une chemise en flanelle. Il a plus de talent que la moitié des personnes de cette salle mises ensemble.

Jay est accidentellement rentré dans Jim Lee, l'un des premiers fondateurs d'Image comics, un moment pendant la soirée. Vous ne savez pas à quel point c'est bizarre pour un comic geek d'avoir à dire, “Oh, excusez-moi, Jim Lee!”

Dans la rangée du buffet, j'étais en train de parler du film avec un type qui avait un air VRAIMENT familier. Il se trouve que c'était Bob Wiacek, le coloriste (ce n'est PAS décalquer) et j'aurai TUÉ pour avoir sa carrière quand j'avais 16 ans.Bob a travaillé sur tous les livres majeurs dont vous pouvez penser, mais je me rappelles que son meilleur travail a été sur Power Pack, parceque je l'avait il m'a fait un dessin gratuit de Jack Power. Joe Sinnott était à la table d'à côté, faisant 20$ le sketch. Quel salaud. Quel enfant de 12 ans a 20$ à dépenser pour un dessin?

Plus tard dans la soirée, Frank a fait sa tournée et je l'ai coincé au buffet alors qu'il discutait avec Erik Larson. Je lui ai dit que ma mission était de serrer sa main pendant la soirée, et il s'est gracieusement exécuté. Alors je lui ai dit qu'Hollywood lui avait vraiment fait du mal pendant ces années, et à quel point j'était content de voir enfin un projet qui valait la source qu'il avait créé. Il m'a répondu que ce n'était que parcequ'il avait un contrôle de création retenu qu'il c'était quelquechose où il voulait avoir son nom directement attaché. Je lui ai montré mon zippo en laiton de son 300 et lui ai dit que je le portais depuis des années.


Frank est vraiment un gars sans prétention et calme. Ni malpoli ni dédaigneux, mais apparemment mal à l'aise avec toute l'attention qu'on lui portait et pas sûr de la réaction qu'il fallait avoir. C'est spécialement bizarre, parceque son travail a toujours été assuré, audacieux, révolutionnaire. C'est un vrai artiste dans tous les sens du terme.

Quand Frank a été entrainé par le complimenteur suivant, j'ai parlé avec Erik Larson sur son livre The Savage Dragon, lui demandant ce qui était arrivé à sa série de cartoons qui était sensé en découlé.

"Cela a duré 2 saisons", m'a dit Erik, ce qui m'a un peu fait passer pour un débile. "2 saisons trop merdiques", il a rajouté, ce qui m'a quand même soulagé. "C'était horrible. 26 épisodes nuls.” On a rigolé, puis parlé encore un peu avant que je parte.

A la fin de la soirée, je suis allé vers Jeff Smith, créateurr de Bone. J'ai lu les collections de ce livre en 1995 quand ej gérais la boutique de BD, maintenant fermée, Attitudes dans le centre commercial de Westchester. J'avais laissé tombé depuis jusqu'à ce qu'il finisse la série récemment et sorte l'entière collection en un ENORME livre.

"J'ai juste bouilli le travail que vous avez fait les 15 dernières années de votre vie en 7 heures de lecture" ai-je dit, lui donnant l'incontournable rire à briser la glace. "Ce furent 7 heures géniales", j'ai ajouté. Jeff a été très sympa, mais je n'avais pas grand chose à dire d'autre.

"Ce fut l'idée de ma femme de tout réunir en un seul volume, " a-t-il dit, en me présentant à la charmante Mme Smith et lui donnant ses compliments. "C'était génial de lire tout ça en un seul volume", ai-je dit. "C'est dur de garder le fil d'une histoire qui couvre plus de 10 ans, mais ce format a très bien marché. Le seul problème est que le poids du livre a fait craquer la couverture".

Soudainement, j'ai l'entière attention de Jeff. “Avez-vous perdu des pages?” il demanda.

Là j'étais dans mon élément. Je suis dans l'édition pour mon métier sinon par souhait, et je savais de quoi je parlais. Nous avons passé les prochaines quelques minutes dans une conversation animée sur l'achat de reliures. Son éditeur a juré qu'il ne pourrait jamais avoir un livre parfaitement relié pour tenir plus de 800 pages, et Bone arrivait à 1325. Quand même, comme je peux l'attester, la colonne a pu craquer, mais ne s'est pas déchirée, et aucune page n'est partie.

Allons-y pour montrer ce que les éditeurs savent.

Au total, ce fut une soirée incroyable. Qui a bien méritée sa gueule de bois le lendemain.

C'est bien d'être dans la Tribu.


**
VO

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low


Dernière édition par Layne le Dim 31 Jan 2010 - 15:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: La Tribu (1er avril 2005)   Lun 9 Nov 2009 - 20:55

Réponses

1 The Pickytarian
3:04 pm, apr 1, 2005 EST
Excellent! Félicitations pour avoir rencontrer autant de créateurs. On dirait que tu ne tu n'as pas trop fait ton plouc devant eux, ce qui est un gros plus

En parlant de rencontres avec des créateurs de comics, quand on avait 12 ans, tu te rappelles de de la fois où j'ai demandé à Terry Austin pourquoi il n'était pas un vrai artiste? Le bon vieux temps, ça...


2 Peat
3:16 pm, apr 1, 2005 EST
Pauvre Terry. Je me sentais tellement mal pour lui ce jour-là au Musée du Cartoon Art. Personne ne voulait lui poser aucune question parcequ'il était assis à côté de John Byrne, qui était au top de sa carrière à ce moment-là.

Au moins tu ne l'as pas traité de décalqueur.


3 Jay
3:16 pm, apr 1, 2005 EST
Les mots de Pete sont vrais. Ce fut une nuit incroyable pour des fans de comics. Mon travail en tant qu'éditeur pour le SFBC a vraiment payé tant j'ai passé un bon moment pendant le film et la soirée. Rencontrer des types comme Erik Larson et parler achats avec Frank Miller a été inoubliable. Il n'y a pas eu assez de temps et d'opportunités pour rencontrer et parler à tous ces talentueuse personnes dans la salle, mais c'était bien d'âtre là. Avec la plupart des revendeurs et des gens que j'ai rencontré ces dernières années en vente de comics, j'étais comme à la maison... un des membres de la Tribu.


4 Myke
11:39 am, apr 2, 2005 EST
Wow! Comment puis-je entrer dans la tribu? Si vous me laissez rentrer, les gars, je promets de ne poser aucun problème. Je resterais assis dans le fond et ne dirais rien. Promis!

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
 
La Tribu (1er avril 2005)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Limited access n° 1 mars/avril 2005
» NOUVEAU LIVRE : LA TRIBU DE LA VIERGE DE FER !
» Kerifern recherche CHANTEUR black/thrash
» Carnaval de Candé (49) 18 avril
» attignat avril 2010 goog rockin tonight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Peter V. Brett :: Cul-de-Sac : le coin de Peat :: La petite fenêtre dans son crâne-
Sauter vers: