Peter V. Brett

Le lieu de rencontre de tous les lecteurs francophones du génial Peter V. Brett, auteur de l'Homme Rune
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Critiques de films A, B, C, D, E

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mar 9 Mar 2010 - 9:35

An Education

L'histoire d'une jeune fille de 16 ans, dans le Londres du début des années 1960, qui rencontre un homme deux fois plus âgé qu'elle. Il lui fait découvrir les mondanités de la haute société, les voyages, la vie adulte. Même ses parents sont convaincus par cet homme à l'apparence parfaite. Que veut-il? Est-ce vraiment sincère? Doit-elle renoncer à ses études pour lui?

Un film anglais magnifique, des dialogues succulents (scénario de Nick Hornby oblige, agréable surprise au générique de début!) et des acteurs époustouflants. Carey Mulligan nous promet de devenir une grande actrice, son jeu tout en finesse et en émotion ne laisse pas indifférent. Peter Sarsgaard a un charme de dingue Shocked love, il envouterait n'importe qui, et joue à merveille les hommes charmants et mystérieux. Mention spéciale à Rosamund Pike qui fait une blonde (mais une 'vraie' blonde) et fait des têtes... géniales. Dominic Cooper est à remarquer aussi, en jeune dandy charismatique (pas autant que THE Chuck Bass mais à peu près dans le même style) A noter, Emma Thompson en directrice d'ecole de jeunes filles, impeccable, comme toujours.

Un très beau film sur les réflexions en fin d'adolescence sur la vie adulte, l'avenir, la liberté.

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 21 Mar 2010 - 19:27

Babel

4 histoires indépendantes et tragiques, toutes reliées par un évènement : 2 enfants Marocains s'entrainent à tirer avec un fusil haut de gamme et atteignent un car de touristes, un couple d'américains en vacances au Maroc pour réparer leur mariage en déclin se retrouvent lorsque la femme est gravement blessée, à San Diego une nounou Mexicaine emmène les 2 enfants Américains qu'elle garde avec elle au Mexique sans prévenir leurs parents pour assister au mariage de son fils, à Tokyo une adolescente sourde muette cherche l'amour alors que son père est recherché par la police japonaise.

Un film réalisé par Alejandro González Iñárritu, dans le même principe que 21 Grammes et Amours Chiennes, et avec la même poésie et la même sensibilité. Le tout est extrêmement bien filmé, les paysages étant sublimés par la caméra et soulignant la détresse des différents personnages. Les acteurs sont tous excellents, aussi bien le groupe d'Américains par Cate Blanchett et Brad Pitt, que le groupe de Mexicains par Gael Garcia Bernal et Adriana Barraza, les enfants Marocains, et le groupe de Japonais mené par Rinko Kikuchi. Un film qui fait réfléchir sur la famille, les responsabilités, sur la vie. A voir pour les acteurs, pour l'histoire -car il s'agit d'une histoire malgré les multiples intrigues- menée de main de maitre par un réalisateur qui aime ses acteurs et le magnifie sur l'écran.

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Ven 26 Mar 2010 - 9:55

Coco

Le personnage fétiche de Gad Elmaleh transposé au cinema.
Coco, multimilliardaire d'origine juive, veut organiser la plus grosse fête jamais réalisée en France, au Stade de France, pour la Bar-Mizvah de son fils. Hors, Coco découvre qu'il est cardiaque et doit se faire opérer le plus vite possible...

Ceux qui n'aiment pas Gad, passez votre chemin. Pour les fans, un pur bonheur : on retrouve les répliques cultes Gadelmalhiennes ("Tu conduis à 20 à l'heure on dirait un Jean Jaques!" " Mais ya des flash, Monsieur Coco..." "Eh bah souris!") et la maman juive trop drôle (dans le style de celle de La Vérité si je Mens mais encore pire!)
Bref, un film qu'on regarde comme un sketch géant, bien sympa mais pas inoubliable.

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Ven 26 Mar 2010 - 17:59

Crazy Heart

Le film qui a valu l'Oscar du Meilleur Rôle Principal Masculin à Jeff Bridges.
L'histoire de Bad Blake, cieux chanteur de country (57 ans) qui ne connait plus le succès, fait sa tournée dans les bowlings et les piano bars, passe son temps à boire et à bouffer de la junk food à moitié à poil devant des films de cul. L'histoire, donc, d'une déchéance mais d'un possible retour à la sobriété et à la célébrité, pour cela il lui faudra faire la première partie du jeune chanteur à qui il a tout appris... s'il réussira à réécrire de bonnes chansons et à se ranger.
Je précise que je n'aime pas la country music, mais alors là pas du tout, et le film à confirmer... Néanmoins, j'ai beaucoup apprécié ce film et je l'ai regardé avec plaisir.
Jeff Bridges y est remarquable, on s'attache beaucoup au personnage et on y croit, tellement il est crédible. C'est lui qui chante les chansons et il a une très jolie voix, grave et un peu rauque. A noter, la présence de Colin Farell dans le rôle du jeune chanteur de country célèbre et adulé, qui se fait timide et plein de modestie devant son ancien maitre.
L'histoire est belle, très bien filmée, avec de belles images des routes du Sud (Texas, Arizona, Nevada) La musique (non country...) est belle et on se laisse emporter.
A voir!

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Gwenescence
Herb Gartherer


Messages : 369
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 30
Localisation : Gaïa

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Ven 2 Avr 2010 - 13:28

Alice au Pays des Merveilles

Résumé :

Alice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu'elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou. Alice s'embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge.

Mon avis :

Voilà un film qu'il faut voir avec les yeux de la petite fille qui sommeille en nous, en oubliant au passage qu'il est de Tim Burton. Car de la fantaisie et de la noirceur du cinéaste, il ne reste pas grand chose.
L'image est belle, amplifiée quelquefois par une 3D réussie (mais pas indispensable, comme toujours, me reste seulement le souvenir de la chute d'Alice qui est très bien faite), la partition de Danny Elfman au diapason bien que trop présente et le rythme enlevé ; le film se regarde donc avec un certain plaisir, comme un livre d'images illustrant le conte que l'on connaît plus ou moins.
Certes, l'ensemble est bien lisse mais il échappe cependant à toute niaiserie. Car Alice n'est pas une héroïne bêtasse comme tant d'autres. Elle a du caractère et sait dire non. Mi Jeanne d'Arc, mi princesse, dénuée d'humour mais pas de dynamisme, presque androgyne, elle est plus moderne que beaucoup de ses consœurs.
Côté casting, aux côtés d'un Johnny Depp en petite forme qui nous refait le coup des yeux ronds et d'une Helena Bonham Carter toujours à l'aise en méchante, la jeune Mia Wasikowska est parfaite en Alice. On applaudit aussi la fabuleuse voix d'Alan Rickman (reconnaissable dès la première seconde) et l'excellente prestation d'Anne Hathaway, irrésistible en reine maniérée.
Au final, un joli conte sans aspérités mais agréable à l'œil, mais un film mineur dans la filmo de ce cher Tim qui nous avait pourtant ébloui avec Sweeney Todd il y a deux ans. On attend son retour avec un scénario un peu plus personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/gwenescence
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 11 Avr 2010 - 0:02

L'Arnacoeur

Alex n'est pas un séducteur comme les autres, c'est un professionnel. Son métier? faire comprendre aux femmes que leur petit-ami (et souvent futur mari) n'est pas fait pour elles. Parents, amis, collègue, appellent Alex et son "équipe" (composée de sa soeur et son beau-frère) pour "réveiller" les jeunes femmes malheureuses. On lui propose alors son affaire la plus délicate, Juliette qui est sur le point de se marier avec un homme qui a l'ait parfait et qui a l'air très amoureuse...

L'Arnacoeur est la surprise du cinéma français de ce début d'année! Des situations très drôles sont être exagérées, des dialogues succulents, des personnages secondaires (surtout Marc, trop fort) mémorables, des scènes surprenantes... une vraie cure de bonne humeur! Romain Duris s'y donne à fond (faux garde du corps, fausses larmes, vraie choré de Dirty Dancing!), tout en charme et en naturel. Vanessa Paradis, maitrise totale de justesse et de fraicheur. Des souvenirs pour les 25-35 ans (Dirty Dancing, George Michael, etc.) et rien de mièvre ou de 'film pour filles'. Un régal!

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Layne
dama'ting


Messages : 677
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 37
Localisation : casting the bones

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 18 Avr 2010 - 18:05

Alice in Wonderland (Alice aux Pays des Merveilles)

L'histoire bien connue d'Alice qui devient adulte et qui a toujours autant d'imagination. Tim Burton nous a donné une Alice fantaisiste dans un monde fou et coloré, Disney nous a enlevé le côté sombre si cher au réalisateur (et à ses fans) avec ses restrictions pour le rendre accessible et donc bien moins poétique.
On aurait voulu voir du vrai Burton, pur jus, mais Disney est là pour filtrer le résulata et le rendre admissible au pays de Mickey.
Heureusement, le tout est distrayant, très bien filmé (la patte de Burton sans son âme hélas...) et des acteurs excellents, aussi bien ceux qui donnent leur corps (ou leur visage) que ceux qui ne donnent que leur voix.
Par contre, la 3D ne sert pas à grand chose (à part donner mal à la tête) mais Gaumont à décider d'équiper TOUTES ses salles parisiennes d'1 ou 2 salles à lunettes donc voilà...
A voir en DVD, c'est bien pour réchauffer les soirées d'hiver (sans loucher!)

_________________
Our words take the shape of our secrets
Silent vows, violently crushed
Still our minds to be open, still our heads hang low
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pumpkinlayne.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Aujourd'hui à 11:33

Revenir en haut Aller en bas
 
Critiques de films A, B, C, D, E
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Films d'HEROIC FANTASY des années 80
» LES BO DE FILMS érotiques
» L'utilisation d'oeuvres préexistantes dans les films
» [Discussion] Phrases de Films
» Films Rock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Peter V. Brett :: Le coin du Jongleur :: Films et cinéma-
Sauter vers: